Mairie

Le MAIRE et le CONSEIL MUNICIPAL de PRIGNAC ET MARCAMPS vous souhaitent la bienvenue sur le site de la commune.

 

MAIRIE

Heures d’ouverture au public

 

Lundi et Jeudi 

10 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 30

Mardi

10 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 19 h 00

Mercredi

14 h 00 à 17 h 30

Vendredi

10 h 00 à 12 h 00 et de 14 h à 17 h

Samedi : fermée

Dimanche : fermée

__________________

85 Avenue des côtes de Bourg

33710 PRIGNAC ET MARCAMPS

Tel : 05.57.68.44.44

Fax : 05. 57 .68. 38. 40

E-mail : secretariat@prignacetmarcamps.fr

 

 

AGENCE POSTALE

Du lundi au vendredi

9 h 15 – 12 h 00

Le samedi matin

9 h 00 – 12 h 15

Tel : 05.57.68.44.00

 

BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE

Mardi : 16 h 30   18 h 30

Mercredi : 17 h 00   19 h 00

Vendredi : 16 h 30   18 h 30

Tel : 05.57.68.20.69

112 bis avenue des côtes de bourg

bibliotheque@prignacetmarcamps.fr


 

MAIRIE / ÉCOLE

 

Les parents doivent se rendre à la mairie munis du livret de famille, du carnet de santé de l’enfant, d’un justificatif de domicile et d’une pièce d’identité.

Ensuite ils peuvent se rendre à l’école pour l’inscription avec le certificat d’inscription délivré par la mairie.

 

 

 

 

 

 


 

Réservation Salles Communales

Salle des Fêtes

Plateau : 170 m2 : l  17 m x L  10 m 

Scène : 30 m2 :  P  5 m X l  6 m 

Chaises, tables, cuisine avec réfrigérateurs et table de cuisson, scène, toilettes, bar

ERP : Type L  Catégorie 4 

Effectif maximal du public autorisé : 176

Tarifs :

– 250 Euros pour les habitants de la commune le week-end + 50 Euros de chauffage

– 500 Euros pour les hors commune le week-end + 50 Euros de chauffage

 

location salle des fêtes + chauffage

location salle des fêtes et salle des aînés associations

Suite et fin

 

 

 

Salle des ainés

Environ 76 m2

Chaises, tables, cuisine avec réfrigérateur, toilettes, bar

ERP : Type L    Catégorie 5

Effectif maximal du public autorisé : 50

Tarifs :

 

A la journée : 70 Euros pour les administrés de la commune et 80 Euros pour les hors commune

Le week-end : 100 Euros pour les administrés de la commune et 150 Euros pour les hors commune

location salle des aînés


 

PRÊT DE MATÉRIEL POUR LES ASSOCIATIONS :
fiche à télécharger :

prêt matériel

 


NUISANCES SONORES  /  BRUITS DE VOISINAGE
« CE QUE DIT LA LOI »

La réglementation en matière de bruit est fixée par l’arrêté préfectoral du 22 avril 2016 relatif aux bruits de voisinage.

 

 

 

 

 

 

ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Article 3 : Toute personne utilisant dans le cadre des ses activités professionnelles, à l’intérieur de locaux ou en plein air, sur la voie publique ou dans des propriétés privées, des outils ou appareils de quelque nature qu’ils soient, susceptibles de causer une gêne pour le voisinage en raison de leur intensité sonore ou des vibrations transmissibles, doit interrompre ces travaux entre 20 heures et 7 heures, ainsi que toute la journée des dimanches et jours fériés, sauf en cas d’intervention urgente.

Des dérogations exceptionnelles peuvent être accordées par le Maire ou par le Préfet s’il s’avère nécessaire que les travaux considérés soient effectués en dehors des heures et jours autorisés à l’alinéa précédant. L’arrêté portant dérogation doit être affiché de façon visible sur les lieux du chantier pendant toute la durée des travaux.

 

COMPORTEMENT AU DOMICILE

Article 5 : Les travaux de bricolage ou de jardinage réalisés par des particuliers à l’aide d’outils ou d’appareils susceptibles de causer une gêne pour le voisinage en raison de leur intensité sonore, tels que tondeuses, perceuses, raboteuses ou scies mécaniques ne peuvent être exécutés que :

 

 

Jours ouvrables : 8 h 30 / 12 h 30 – 14 h 30 / 19 h 30

Samedi : 9 h 00 / 12 h 00 – 15 h 00 / 19 h 00

Dimanche et jours fériés : 10 h 00 / 12 h 00

 

 

Article 6 : Les propriétaires et possesseurs d’animaux, en particulier les chiens, sont tenus de prendre toutes les mesures propres à éviter une gêne pour le voisinage y compris par l’usage de dispositifs dissuadant les animaux de faire du bruit de manière répétée et intempestive.

 

 

TROUBLES DE VOISINAGE : BRUITS DE COMPORTEMENT

 

 

Les bruits de voisinage sont des bruits générés par le comportement d’une personne ou d’un animal et causant des nuisances sonores. Ils peuvent être sanctionnés, dès lors qu’ils constituent un trouble anormal, se manifestant de jour ou de nuit.

 

La nuit

Les bruits de comportement sont tous les bruits provoqués de jour comme de nuit :

– par un individu, locataire ou propriétaire d’un logement, (cri, talons, chant, fête familiale, …), ou par une chose (instrument de musique, chaîne hi-fi, téléviseur, outil de bricolage, pétard et feu d’artifice, pompe à chaleur, éolienne, électroménager, …), ou par un animal (exemple : aboiements).

– Lorsque ces bruits sont commis la nuit, on parle de tapage nocturne.

– Il n’existe pas d’heures précises pour définir le tapage nocturne. Pour être reconnu comme un tapage nocturne, le bruit doit avoir lieu quand il fait nuit, c’est-à-dire entre le coucher et le lever du soleil.

– Lorsque le bruit est commis la nuit, l’infraction pour tapage nocturne existe même lorsque ce bruit n’est pas répétitif, ni intensif, ni qu’il dure dans le temps.

– Il y a tapage nocturne lorsque :

l’auteur du tapage a conscience du trouble qu’il engendre et qu’il ne prend pas les mesures nécessaires pour remédier au tapage

 

En journée

En journée, un bruit de comportement peut causer un trouble anormal de voisinage dès lors qu’il est répétitif, intensif, ou qu’il dure dans le temps. Il peut s’agir du bruit causé par :

– un individu, locataire ou propriétaire d’un logement (cri, talons, chant, fête familiale, …),ou une chose (instrument de musique, chaîne hi-fi, téléviseur, outil de bricolage, pétard et feu d’artifice, pompe à chaleur, éolienne, électroménager, …),ou un animal (exemple : aboiements).

 

Démarches préalables

– Il est recommandé d’engager des démarches amiables (entrevue, envoi d’un courrier, recours à un conciliateur de justice, …)

– Dans certains cas, vous pouvez également faire appel aux forces de l’ordre pour faire constater le trouble.

– Informer l’auteur du bruit de la gêne qu’il occasionne.

– S’il est propriétaire de son logement, envoyez-lui un courrier simple, puis un courrier recommandé avec avis de réception.

– S’il est locataire de son logement, vous pouvez lui adresser une lettre recommandée avec accusé de réception, ainsi qu’au propriétaire. Le propriétaire du logement est responsable du comportement de son locataire.

– Faites appel à un conciliateur de justice (Ce dernier recherche des solutions amiables pour régler un différend entre deux parties, démarche gratuite, permanence à la CDC du Grand Cubzaguais 365 avenue Boucicaut 33240 Saint-André-de-Cubzac : 05.57.43.96.37   E-mail : msp@grand-cubzaguais.fr )

 

MISSIONS DU CONCILIATEUR DE JUSTICE

Rôle

Le conciliateur de justice a pour mission de permettre le règlement à l’amiable des différends qui lui sont soumis. Il est chargé d’instaurer un dialogue entre les parties pour qu’elles trouvent la meilleure solution à leur litige, qu’elles soient personnes physiques ou morales.

Compétences

Le conciliateur de justice peut intervenir pour des :

– problèmes de voisinage (bornage, droit de passage, mur mitoyen),

– différends entre propriétaires et locataires ou locataires entre eux,

différends relatif à un contrat de travail,

– litiges de la consommation,

– impayés,

– malfaçons de travaux, etc.

Cas d’incompétence

Le conciliateur de justice n’intervient pas pour des litiges :

– d’état civil (qui sont soumis à une rectification administrative ou judiciaire),

– de droit de la famille (pensions alimentaires, résidence des enfants, etc.), qui sont de la compétence du juge aux affaires familiales,

– de conflits avec l’administration (vous pouvez saisir le Défenseur des droits ou le tribunal administratif).

La saisine du conciliateur de justice est gratuite.

 

Sources : gironde.gouv.fr      demarches.interieur.gouv.fr     service-public.fr

 

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »

 

Pensez à vos voisins qui aspirent à la quiétude !

Généralement, en cas de non respect la réglementation en vigueur, une simple discussion entre voisins suffit à régler ce type de problème. Si toutefois une médiation était nécessaire, le Maire et son conseil sont à votre écoute.

Une fois de plus, nous savons que la plupart d’entre nous respectent les règles du bien vivre ensemble. Une minorité de personnes nous obligent hélas à rappeler certaines règles citoyennes obligatoires.

Il s’agit de bon sens, de respect et de manière de vivre en bon intelligence avec son voisinage et son prochain. Ainsi les rapports humains ne peuvent que s’améliorer, apaiser, dissiper et « balayer » les tensions inutiles.

 

Pour le bien être de tous, merci pour votre compréhension.

 

 

 


 

LES PLANTATIONS PROCHES DU DOMAINE PUBLIC

 

D’une manière générale, il est déconseillé de laisser pousser des haies et des arbres à moins de deux mètres du domaine public pour des raisons de sécurité.

Dans le cas du dépassement d’un arbre ou d’une haie sur le domaine public, le propriétaire concerné est tenu de procéder à son élagage et de couper les racines, ceci afin de prévenir tout risque d’accident.

Un riverain du domaine public peut être contraint d’élaguer ses plantations sur injonction de l’administration.

A défaut de réaction de sa part, les travaux d’élagage peuvent être commandés aux frais du propriétaire riverain concerné.

 


 

INCINÉRATION  DÉCHETS  VERTS

 

Un particulier n’a pas le droit de brûler ses déchets ménagers à l’air libre : tout déchet, dangereux ou non, produit par les particuliers: résidus alimentaires, emballages, bouteilles, papiers, cartons, journaux, vieux meubles, appareils électroménagers, déchets verts (bio déchets) … Les déchets dits « verts » produits par les particuliers sont considérés comme des déchets ménagers. Ainsi, il est notamment interdit de brûler dans son jardin :

– l’herbe issue de la tonte de pelouse,

– les feuilles mortes,

– les résidus d’élagage,

– les résidus de taille de haies et arbustes,

– les résidus de débroussaillage,

– les épluchures.

Plus d’informations : https://www.service-public.fr

Les déchets verts doivent être déposés en déchetterie ou dans le cadre de la collecte sélective organisée par la commune.      Vous pouvez également en faire un compost individuel .

Brûler ses déchets verts dans son jardin peut être puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 450 €.

 

 

 

Le brûlage des déchets verts (tontes de pelouse, tailles de haies et d’arbustes, feuilles mortes,…) est à l’origine de troubles de voisinage générés par les odeurs et la fumée, nuit à l’environnement (émission de substances polluantes dans l’air) et à la santé (émission de particules véhiculant des composés cancérigènes) et peut être la cause de propagation d’incendies. En outre, la toxicité des substances émises peut être accrue quand sont associés d’autres déchets comme les plastiques ou les bois traités.

 

De plus, en cette période propice à la survenue d’épisode de pollution atmosphérique (en période hivernale par temps froid et sec), la combustion de biomasse peut représenter localement une source prépondérante dans les niveaux de pollution (de 40 à 65 % des émissions de particules pendant les pics de pollution). Par exemple, l’incinération de 50 kg de déchets verts produit autant de particules que 38 000 km parcourus par une voiture essence ou 6 mois de chauffage au fioul.

 

Cette pratique est réglementée par l’article 84 du Règlement Sanitaire Départementale et la circulaire du n°2011-431 du 18 novembre 2011 relative à l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts. Sur notre département, le brûlage à l’air libre est interdit toute l’année pour les particuliers et les professionnels, et est passible d’une amende de 450 euros. Seules quelques situations peuvent bénéficier d’une dérogation préfectorale (voir la p.j). Autrement, les déchets verts doivent être déposés en déchetteries ou dans le cadre de la collecte sélective. Il est également possible d’en faire du compost individuel.

 

Néanmoins, il est estimé qu’environ un million de tonne de déchets verts provenant de l’entretien des jardins de particuliers sont brûlés chaque année. 

 

C’est pourquoi la Délégation Départementale de la Gironde de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine a rédigé une plaquette d’information relative à l’interdiction du brûlage des déchets verts. Ce document rappelle les points importants à retenir concernant cette pratique et les alternatives proposées sur votre territoire (Bordeaux Métropole, différents syndicats de collectes des déchets,…).

 

ARS_Plaquette_brulage

 

Circulairemaires33DéchetsVerts


LUTTER CONTRE LES FRELONS ASIATIQUES

Le frelon asiatique est un insecte qui est maintenant bien installé dans nos campagnes. Sa dangerosité pour l’homme n’est pas supérieure à celle du frelon européen. Il ne présente pas d’agressivité envers l’humain, sauf s’il se sent menacé. Les piqûres du frelon asiatique sont dangereuses en cas de piqûres multiples, de piqûres sur des muqueuses ou en cas d’allergie au venin des hyménoptères, comme pour les frelons européens.

Les impacts sur l’apiculture sont eux dévastateurs : le frelon asiatique attaquant directement les abeilles, de nombreux apiculteurs voient leur cheptel anéanti.

Les nids de frelons sont souvent installés à la cime des arbres, mais quelques fois sous un abri aéré comme une charpente de toit. Ces nids mesurent de 40 à 80 cm de diamètre et possèdent une entrée unique.

 

La destruction des nids, comme ceux de guêpes ou de frelons communs reste à la charge du particulier sur le domaine privé. Nous vous conseillons de faire appel à une entreprise privée pour la destruction.

Cependant, dès la fin du mois de février, nous pouvons, pour préserver l’écosystème, aider les apiculteurs et l’ensemble des citoyens à lutter contre la prolifération du frelon asiatique et à poser des pièges.

C’est un geste citoyen et écologique qui concerne tout le monde ; faites-le savoir autour de vous. Des pièges simples peuvent être réalisés à partir d’une bouteille en plastique vide.

 

1- Fabriquez votre piège à frelons asiatiques

– Prenez la bouteille n° 1 et coupez son goulot.

– Enfoncez le goulot dans le corps de la bouteille.

– Avec la perceuse munie d’un foret de 5 mm, percez le fond de la bouteille de plusieurs trous.

– Prenez la bouteille n° 2 et coupez son culot sur environ 10 cm de haut.

– Enfoncez le culot de la bouteille n° 1 dans celui de la bouteille n° 2.

– Pour donner aux autres espèces que les frelons une chance de s’échapper, faites des trous avec un foret de 6 mm tout autour de la bouteille n° 1.

– Percez le couvercle de 2 trous.

– Percez 2 trous latéraux en haut du piège, passez-y de la ficelle pour maintenir le couvercle et créer une attache pour suspendre le piège.

Note : le couvercle sert à éviter que l’eau de pluie tombe dans le piège et rende l’appât moins efficace.

 

 2 – Utilisez un appât sélectif pour attirer les frelons asiatiques

Versez un appât le plus sélectif possible dans la bouteille par le haut : le but est de piéger autant que possible seulement les frelons asiatiques et surtout pas les abeilles.

L’appât sélectif le plus efficace se compose de :

– un quart de volume de sirop de grenadine ou de cassis, utilisé pur ; un demi-volume de bière brune ; un quart de volume de vin blanc (qui repousse les abeilles). Rechargez le piège en appât tous les 15 jours environ.

Note : lorsqu’un ou deux frelons seront pris au piège, ils émettront des signaux de détresse attirant les autres frelons alentour.

 

3 – Utilisez les pièges à frelons asiatiques aux bonnes périodes

Afin de piéger sélectivement le frelon asiatique, ne mettez vos pièges en place que pendant deux périodes bien précises, afin d’éviter que trop d’insectes autres que des frelons asiatiques ne soient piégés :

 du 1er février au 15 avril, période où le frelon asiatique sort d’hibernation et du 15 octobre à la fin novembre

 

4 – Placez les pièges à frelons asiatiques

– Placez un ou plusieurs pièges, selon la taille de votre jardin, placez les pièges en hauteur, par exemple dans un arbre.

– Placez-les en dehors des endroits assidûment fréquentés : terrasse, entrée de la maison, terrain de jeux des enfants…

 

5 – Débarrassez-vous du piège rempli de frelons

Au bout d’un moment, votre piège est saturé de frelons et ne fonctionne plus. Cependant certains frelons peuvent être encore vivants à l’intérieur. Prenez des précautions pour vous débarrasser de ce piège :

– Placez le piège dans un seau ou une bassine.

– Remplissez le piège et le récipient avec de l’eau pour noyer les frelons.

– Attendez 24 heures et mettez le piège à la poubelle.

– Remplacez-le par un autre si besoin.

 

6 – Faites détruire les nids de frelons asiatiques

Si votre piège se remplit de nombreux frelons, il y a sans doute un nid près de chez vous.

Ne vous aventurez en aucun cas à le rechercher, encore moins à tenter de le détruire, le danger de se faire piquer est trop grand : une seule piqûre peut entraîner un grave choc anaphylactique chez une personne allergique.

 

Renseignez-vous à la mairie pour obtenir les coordonnées de professionnels qui interviennent dans votre région.

Faites appel exclusivement à ces professionnels (les frais sont à votre charge).

 

À savoir : la destruction des nids de frelons n’est pas obligatoire, mais si vous n’y avez pas procédé, vous seriez tenu pour responsable si quelqu’un se faisait piquer.

 

 

 

 


ZÉRO PHYTOSANITAIRE DANS LES ESPACES VERTS

 

Les préoccupations liées à l’environnement sont depuis de nombreuses années au cœur des actions menées par les pouvoirs publics. Les pesticides sont aujourd’hui présents dans l’eau, l’air, le sol, les végétaux, ils affectent la biodiversité mais aussi la santé humaine.

L’agriculture est souvent rendue responsable de la pollution engendrée par ces produits, mais l’emploi des pesticides ne se limite pas aux activités agricoles. Les collectivités et les particuliers ont aussi leur part de responsabilité. Utilisés pour l’entretien des voiries, des pars et jardins, des cimetières …, les produits phytosanitaires contribuent à la dégradation de l’environnement et nuisent à la santé publique.

C’est pourquoi, nous nous devons de mettre en place de nouvelles méthodes de gestion des espaces verts, et encourager les pratiques qui minimisent le recours aux pesticides.

Vu le contrat zéro phytosanitaire que nous avons signé avec l’ancienne CDC de Bourg et le SMICVAL, nous n’utilisons plus de désherbants chimiques pour l’entretien de la commune. Nous étudions les lieux qui pourraient être enherbés mais nous nous rendons compte que cela ne peut pas se faire partout. Nous nous efforçons de résoudre ce problème en essayant d’associer au mieux le respect de l’environnement et l’esthétisme du paysage rural de notre village.

 


 

RISQUE INCENDIE SUR LA ROUTE,
ATTENTION AUX MÉGOTS DE CIGARETTE !

 

Sur le bas côté de la route, un mégot peut enflammer les herbes sèches.

L’incandescence de la cigarette, la végétation et le vent sont les conditions réunies pour un départ de feu très rapide.

Dans l’inconscient collectif, le mégot qui embrase la forêt est une chose impossible, pourtant il est à l’origine de nombreux incendies majeurs.

LE RISQUE

– Votre mégot peut se retrouver sur le bas côté de la route, où les herbes sèches sont un facteur de départ de feu.

– Aussi, évitez de stationner sur les zones herbeuses. Le pot catalytique du véhicule très chaud, peut provoquer un incendie

 

JE CONNAIS LE CODE

– Toute l’année, il est interdit de jeter des objets incandescents sur les voies et leurs abords qui traversent les zones boisées, maquis et garrigues.

 

J’ANTICIPE

– Je stationne toujours de façon à ne pas gêner les secours.

 

FACE AU FEU

– Je rebrousse chemin, je m’éloigne du feu.

– En cas d’impossibilité, je ne sors jamais du véhicule, je ferme les vitres et j’allume les phares.

– Ne coupez pas le moteur pour pouvoir repartir dès que possible.

 

LES SANCTIONS

 

Responsabilités

 

– Les auteurs, même involontaires d’un incendie sont systématiquement recherchés et poursuivis.

– Les auteurs d’un départ de feu par imprudence, peuvent être sanctionnés. Ils peuvent être passibles d’une amende de 3750 € et d’un emprisonnement de 6 mois.

– Ces sanctions peuvent être aggravées si les dégâts causés à des tiers sont importants. Ne pas se déclarer en cas de responsabilité d’un incendie par négligence, est un délit pour inaction fautive, lourdement condamné.

 

Dossier complet sur l’emploi du feu et la réglementation : http://www.prevention-incendie-foret.com/connaitre-les-regles/emploi-du-feu-et-reglementation

 


 

SENSIBILISATION VOLS

Contre les cambriolages, ayez les bons réflexes !

 

Pour éviter les mauvaises surprises, mettez toutes les chances de votre côté. Prudence, vigilance, anticipation : vous trouverez ici les bons réflexes à développer sans attendre.

AU QUOTIDIEN

Protégez les accès

– Équipez votre porte d’un système de fermeture fiable, d’un moyen de contrôle visuel (œilleton), d’un entrebâilleur.

– Installez des équipements adaptés et agréés (volets, grilles, éclairage programmé, détecteur de présence, systèmes d’alarme). Demandez conseil à un professionnel.

Soyez prévoyant

– Photographiez vos objets de valeur. En cas de vol, vos clichés faciliteront à la fois les recherches menées par les forces de l’ordre et l’indemnisation faite par votre assureur.

– Notez le numéro de série et la référence des matériels et biens de valeur. Conservez vos factures.

Soyez vigilant

– Changez les serrures de votre domicile si vous venez d’y emménager ou si vous venez de perdre vos clés.

– Fermez la porte à double tour, même lorsque vous êtes chez vous. Soyez vigilant sur tous les accès, ne laissez pas une clé sur la serrure intérieure d’une porte vitrée.

– Lisez attentivement votre contrat d’assurance habitation. Il mentionne les événements pour lesquels vous êtes couverts et les mesures de protection à respecter. Prenez contact avec votre assureur pour toute question.

– Avant de laisser quelqu’un entrer chez vous, assurez-vous de son identité. En cas de doute, même si des cartes professionnelles vous sont présentées, appelez le service ou la société dont vos interlocuteurs se réclament.

– Ne laissez jamais une personne inconnue seule dans une pièce de votre domicile.

– Placez en lieu sûr vos bijoux, carte de crédit, sac à main et clés de voiture. Ne laissez pas d’objets de valeur visibles à travers les fenêtres.

– Si vous possédez un coffre-fort, il ne doit pas être apparent.

– Signalez au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie tout fait suspect pouvant indiquer qu’un cambriolage se prépare.

Ne commettez pas d’imprudence

– N’inscrivez pas vos nom et adresse sur votre trousseau de clés.

– Ne laissez pas vos clés sous le paillasson, dans la boîte aux lettres, dans le pot de fleurs… Confiez-les plutôt à une personne de confiance.

– De nuit, en période estivale, évitez de laisser les fenêtres ouvertes, surtout si elles sont accessibles depuis la voie publique.

– Ne laissez pas dans le jardin une échelle, des outils, un échafaudage ; ils offrent des moyens d’entrer chez vous.

AVANT DE PARTIR EN VACANCES

– Informez votre entourage de votre départ (famille, ami, voisin, gardien,…).

– Faites suivre votre courrier ou faites le relever par une personne de confiance : une boîte aux lettres débordant de plis révèle une longue absence.

– Transférez vos appels sur votre téléphone portable ou une autre ligne.

– Votre domicile doit paraître habité tout en restant sécurisé. Créez l’illusion d’une présence, à l’aide d’un programmateur pour la lumière, la télévision, la radio…

– Ne diffusez pas vos dates de vacances sur les réseaux sociaux et veillez à ce que vos enfants fassent de même. De même, il est déconseillé de publier vos photos de vacances. Toutes ces informations facilitent l’action des cambrioleurs.

Opération tranquillité vacances

– Vous pouvez signalez votre absence à la brigade de gendarmerie. Dans le cadre de leurs missions quotidiennes, les forces de sécurité pourront surveiller votre domicile.

 

EN CAS DE CAMBRIOLAGE

– Prévenez immédiatement la brigade de gendarmerie du lieu de l’infraction.

– Si les cambrioleurs sont encore sur place, ne prenez pas de risques inconsidérés ; privilégiez le recueil d’éléments d’identification (type de véhicule, langage, signalement, vêtements, …).

Avant l’arrivée des forces de l’ordre

– Préservez les traces et indices à l’intérieur comme à l’extérieur :

– ne touchez à aucun objet, porte ou fenêtre

– interdisez l’accès des lieux

Une fois les constatations faites

– Faites opposition auprès de votre banque, pour vos chéquiers et cartes de crédits dérobés.

– Prenez des mesures pour éviter un nouveau cambriolage (changement des serrures, réparations, …).

– Déposez plainte à la brigade de gendarmerie, en vous munissant d’une pièce d’identité. Pour gagner du temps, vous pouvez déposer une pré-plainte sur internet : www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr 

– Déclarez le vol à votre assureur, par lettre recommandée, dans les deux jours ouvrés. Vous pouvez y joindre une liste des objets volés, éventuellement avec leur estimation.

– Pourquoi déposer plainte ? Il existe des spécialistes de police technique et scientifique dans chaque département. Ils relèvent les traces et indices en vue d’identifier les auteurs des cambriolages.

 

Les numéros utiles : Composez le 17 ou le 112

Opposition carte bancaire : 0 892 705 705

Opposition chéquier : 0 892 68 32 08

 

Téléphone portable volés :

•  SFR :10 23 •    Orange : 0 800 100 740

•    Bouygues Telecom : 0 800 29 10 00 •    Free : 32 44


GENDARMERIE NATIONALE

 

réagir peut tout changer format portrait